Blind Lake – Robert Charles Wilson

 

Blind Lake

Auteur: Robert Charles Wilson

Traduction de Gilles Goullet
Denoël, collection FolioSF 2005 (traduction), 2003 (édition originale)
478 pages

Prix : 8 euros
ISBN: 978-2-07-036069-7

Dans un futur proche, les scientifiques sont parvenus à observer des planètes distantes de plusieurs dizaines d’années-lumière, étudiant les extraterrestres y vivant et leur civilisation. Pour ce faire, ils utilisent une technologie complexe, mélange d’ordinateur quantique, d’algorithmes génétiques auto-reproductibles et d’astrophysique mais qu’ils ne comprennent pas totalement.
Le laboratoire de Blind Lake surveille une planète gravitant autour d’Ursa Major, et plus spécifiquement l’un de ses habitant, le « Sujet », qu’ils ont surnommé « le Homard » à cause de son anatomie évoquant celle du crustacé. Mais alors que le site de Blind Lake est frappé de quarantaine militaire, coupant du reste du monde la petite communauté de scientifiques qui y vit, le Sujet entame un curieux pèlerinage qui pourrait le conduire à la mort. Que se passe-t-il à Blind Lake ?

Je ne suis pas un fan de Hard SF, et je dois bien avouer que la superbe couverture de Manchu a été pour beaucoup dans l’acquisition de ce livre (illustration aussi superbe que juste, car elle représente très précisément « le Homard » qu’observe les scientifiques. Ce Manchu… Quel talent !). À ma grande surprise, j’ai découvert un récit plaisant et facile à lire même s’ils utilisent la plupart des techniques chers aux romanciers anglo-saxons (et plus particulièrement américains). Il s’agit en effet là d’un « livre chorale », et le narrateur omniscient à la 3e personne adopte à tour de rôle les points de vues de différents protagonistes. C’est bien là la difficulté du livre : le nombre (trop) important de personnages. Au début, on s’y perd un peu et on se demande vite qui parle ou qui à des liens avec qui. Car les relations entre les personnages sont au cÅ“ur de la narration par ailleurs assez lente. Au final, si certains « personnages point de vue » sont détaillés et très attachants, certains sont à peine ébauchés et manquent un peu d’épaisseur. La situation de quarantaine manque également de crédibilité : cernés de toute part par des drones de guerre programmés pour mettre en charpie quiconque tente de sortir de la zone, les habitants ne cèdent pas à la panique. Au contraire, ils sont plus intéressés par leurs « romances de quarantaine » tout en continuant leur petit travail quotidien. Mais bon, ne boudons pas notre plaisir, la trame de fond est solide, repose sur une idée plaisante et sympathique qui est par ailleurs fort bien amenée. Il serait donc dommage de bouder son plaisir. Je vous recommande donc la lecture de ce (gros) livre de SF, l’un des plus originaux que j’ai vu ces derniers mois.

 

Facebook Plusone Twitter Pinterest Linkedin Digg Delicious Reddit Stumbleupon Tumblr Email
Publié dans Romans, Science-Fiction | Permalien |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>