Ténèbres 2008

Ténèbres 2008
Anthologie Dreampress-2009
390 pages
30 Euros
ISBN : 2-84958-007-4

Ténèbres, autrefois revue trimestrielle de 192 pages, est désormais une anthologie annuelle beaucoup plus conséquente : Ténèbres 2007 comptait environ 340 pages, Ténèbres 2008 en compte une cinquantaine de plus…On ne leur en voudra donc pas si le numéro de 2008 est paru fin 2009, aléas de l’édition un peu marginale en France…
Le cru 2008 est donc particulièrement fourni, alternant nouvelles et articles sur les auteurs : souvent interview, d’autres fois texte de l’auteur lui-même sur sa vision du fantastique est de l’écriture, autoportrait…On y alterne aussi les auteurs francophones et anglo-saxon, ainsi que les « connus » et les « débutants », à la manière des regrettées éditions de l’Oxymore.
Je ne vais pas ici vous parler de tous les textes mais citer au moins ceux que, de mon avis le plus subjectif, j’ai préféré :

L’intrigue de Jess Kaan : ambiance ch’ti qui ne doit rien à Dany Boon, on est plutôt là dans une tradition du fantastique du Nord (Que des Belges comme Jean Ray représentent si bien…) où les morts viennent demander réparation dans le cadre du carnaval de Dunkerque…

Le visiteur, de Jack Ketchum : Un maitre du gore et du splatterpunk  nous livre ici une histoire presque tendre et humaniste dans l’univers du genre « zombis »

Ce qui est dans la monstrance, de Richard D.Nolane : on comprend mal où l’auteur veux en venir, jusqu’à la fin, vision particulièrement subversive du « miracle ».

Famille décomposée, de Géraldine Blondel : Basé sur le témoignage de plusieurs personnages autour d’une télé-réalité, un texte drôle et décapant…

Pinkie d’Elisabeth Massie : Un fermier de l’Amérique profonde et son cochon particulièrement doué…Mais doué jusqu’ou ? Ca commence comme un dessin animé pour virer au cauchemar…

Pour l’amour de l’art, de John Pelan : un artiste avant-gardiste spécialisé dans les plus extrêmes va aller encore plus loin pour sa dernière exposition.

Le réveil, d’Yves Crouzet : Ou se réveille-t-il ? Et qu’est il arrivé ? On croit avoir compris jusqu’à la surprise finale…

La fille au puzzle, de Stephen Gallagher, fait penser à certaines histoires de Stephen King dans sa forme : souvenirs intimistes, enfance qui n’est pas forcement une période heureuse…On, attend l’élément fantastique sans comprendre où l’auteur veut nous emmener, et il finit par surgir comme par surprise, avec une fin que le personnage ne saisit pas alors que le lecteur a très bien compris…

Bref, de la variété, de la qualité, de l’originalité dans cette anthologie annuelle, en attendant Ténèbres 2009 qui paraîtra on l’espère pas trop tard en 2010!

En discuter sur le forum

Facebook Plusone Twitter Pinterest Linkedin Digg Delicious Reddit Stumbleupon Tumblr Email
Publié dans Anthologies, Fantastique | Permalien |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>