Station Fiction n°3

Station fiction

Editeur : Association Chantiers Imaginaires

60 pages, 4€

Le troisième numéro de Station Fiction est sous le signe de l’Obscurité. Il s’agit en fait plutôt de réaménagement d’anciens appels à textes abandonnés : Elle, le visage féminin de la mort et Dandy damné. Cela commence sous une couverture… Diaboliquement belle d’Elie Darco, qui nous montre une sorte d’équipée sauvage à travers l’enfer…Le contenu est bon aussi, mais on y retrouve que trés vaguement le thème de l’obscurité!
On peut dire d’emblée que tous les textes sont d’une écriture soignée, même s’ils n’ont pas le même niveau du point de vue narration et idée:

Bd: l’Odyssée Onirique, par Vain & Sween : un petit gag bien trouvé et bien barré qui, lui, est parfaitement dans le thème… Je vous laisse découvrir!

Le Père Noël d’Artur Z.Balogh : là par contre, je ne vois pas le rapport avec l’obscurité… Un petit conte sur le thême « Qu’il est dur pour un enfant d’apprendre que le Père Noël n’existe pas, et qu’il est dur pour les parents de lui dire »… Gentillet, mais sans surprise (Ou plutôt une surprise auquel tout le monde s’attend), une histoire réduite à presque rien et finalement sans grand intérêt !

La Nuit Tombe sur Sherwood d’Olivier Boile : étrange et finement mené, raconte les derniers moments de Robin des Bois, en proie à ses remords d’être bien autre chose que sa légende. Cette fois on est dans l’obscurité au sens psychologique, le coté obscur du héros. Pas facile à traiter et Olivier Boile s’en sort pas mal!

Par-delà le Sang de Cyril Carau : voila le dandy damné, Fabrice Velkoroff, sorte de Des Esseintes devenu vampire, et son demi-frère Gabriel, personnage récurent de Cyril Carau, qui va chercher à le sauver, en le transportant jusque dans le mystérieux Nyassaland, au coeur de l’Afrique… Une nouvelle qui m’évoque bien sûr la littérature décadentiste du XIXeme siècle, mais aussi des auteurs comme Howard ou Edgar Rice Burroughs, avec leurs mystérieuses cités perdues au fond de la jungle… La critique que j’en ferai est qu’on a plus l’impression de lire un chapitre d’un roman qu’une nouvelle qui se suffit à elle même…

Hypermarché de Nicolas Chapperon, une de mes préférées : les courses d’un homme dans un hypermarché, temple de la société de consommation, jusqu’à la chute… A lire !

L’apprentie d’Aurélie Ligier : raconte les épreuves initiatique de « l’apprentie-mort » qui doit devenir la nouvelle faucheuse… Pas mauvais mais un peu ennuyeux à lire, et il me semble un peu convenu comme histoire…

Ondulations dans l’obscurité d’Aleksandar Ziljak : ma deuxième préférée! L’histoire est trés simple pourtant, la « presque rencontre » d’une spéléologue perdue au fond des grottes souterraines d’une planète lointaine, et un un habitant de ces grottes qui ignore que la vie existe encore à la surface… Simple mais d’une écriture parfaitement maîtrisée, qui se lit d’une traite…

En résumé des textes très variés, où l’obscurité n’est pas toujours à proprement parler traité, mais chacun à son charme… Longue vie à Station fiction, un fanzine qui indiscutablement promet !

Pour discuter du Station Fiction ou de la critique

Facebook Plusone Twitter Pinterest Linkedin Digg Delicious Reddit Stumbleupon Tumblr Email
Publié dans Revues - Fanzines | Permalien |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>