Galaxies numéro 7/49 nouvelle série

Galaxies n°7/49, nouvelle version

Hiver 2010
13,5 x 21 cm
192 pages
11 euros
ISBN : 978-2-914590-14-3
ISSN : 1270-2382

 

Le Galaxies, nouvelle série, n° 7, se compose de 7 nouvelles, de deux dossiers (l’un portant sur la science-fiction en Amérique latine et l’autre consacré à Martin Winckler), des notes de lecture, la présentation de la SF finlandaise et de l’écrivain russe Vladimir Sorokine, entre autre chose.

Concernant les nouvelles, j’ai pris plaisir à les lire, même si certaines m’ont paru plus digne d’intérêt que d’autres.

Alice in Wonderland de Martin Winckler est baigné de cette émotion qui caractérise l’œuvre de cet écrivain également médecin. Rêve, réalité, soin palliatif, amour par-delà la mort, autant de thèmes qui jalonnent cette histoire d’anticipation. Je n’en dirais pas plus pour ne point dévoiler la chute, mais il s’agit d’un texte que j’ai bien apprécié. L’humanisme de l’auteur de la maladie de Sachs imprègne cette nouvelle.
Pour mieux connaître Martin Winckler, on peut découvrir plus loin dans le numéro une interview signée Lucie Chenu. Martin Winckler nous parle de son parcourt, ses écrits, ses projets en cours, l’écriture entre autre chose et aussi sa passion pour les séries TV.

L’affaire des 24 merles de Neil Gaiman. Là il s’agit de tout autre chose, une sorte de pastiche des textes polars à la D. Hammett ou Chandler avec un soupçon de Kafka et de Lewis Caroll. Assez marrant dans l’ensemble, mais un peu répétitif et une chute qu’on voit venir.

Éternité.com de Ian Watson et Roberto Quaglia. Un autre texte où l’absurdité est le maître mot. Difficile de faire un résumé pour ne rien dévoiler, mais en gros il s’agit d’un homme qui paie un site funéraire virtuel pour offrir à sa bien-aimée, Mirabel, une magnifique sépulture où elle pourra reposer en paix pour l’éternité. Les services en question ne sont pas donnés et pas mal de déboires risquent d’arriver si on ne règle pas les traites à temps. Par-delà l’humour noir, corrosif du texte, c’est un avertissement sur les dérives de la course aux biens de consommation et les websites payants !

Le printemps des murailles de Fabien Clavel. Un autre nouvelle particulièrement absurde. Quand la séparation est poussée jusqu’à son extrême limite dans la société. Un homme de la classe moyenne, M. Adam, dans une capitale européenne, Paris ( ?), d’un futur indéterminé se félicite de la dernière mesure des gouvernements occidentaux d’ériger un mur, une barrière électromagnétique précisément, qui va séparer le Nord du Sud. S’il est heureux d’être ainsi protégé « de l’invasion des pauvres loqueteux du Sud », il va peu à peu déchanter. Car ce mur ne sera que le premier d’une longue série.

La sémiotique des loups de Vladimir Hernandez
Très bon texte, un de mes préférés de ce numéro. On assiste à la dérive d’Onyx « belle fille afro aux cheveux ignés qui vit au fil de son humanité ». Le style imagé de Hernandez nous restitue l’atmosphère crépusculaire et glauque de ce récit. Drogue, sexe, violence et ambiance à la fois policière et mystérieuse se conjuguent tour à tour pour déboucher sur l’horreur. La sémiotique (ou sémiologie) est la discipline qui étudie les systèmes de communications au moyen des signes entre les individus. Il est donc important de savoir les décrypter. Homo homini lupus : « l’homme est un loup pour l’homme ». Attention à qui dévorera son prochain !

Le voyageur de JL Zarate
Un texte qui aurait pu servir de scénario à un épisode de la Quatrième Dimension (Twilight Zone de Rod Serling) : un voyageur temporel demande à un détective privé de seconde zone d’enquête sur son propre meurtre qui a eu lieu deux ans auparavant et n’a jamais été résolu !

Bondisseur dans le jardin des mondes de Luis Saavedra
Un texte poétique et déconcertant fait d’images et d’impressions, avec des répétitions de phrases comme un leitmotiv ou un canon musical. Je n’ai pas spécialement apprécié cette courte nouvelle.

Le dossier sur Amérique latine est signé Jacques Fuentealba, il se compose entre autre de l’article « Planète Amérique Latine : l’autre SF », des interviews croisées de Sergio Gault vel Hartman, Jorge de Abreu, José Luis Zárate, Vladimir Hernandez, des trois nouvelles citées plus haut, d’une bibliographie sélective d’autres sud-américains traduits en français, et d’un article de J.I. Munoz Zapata.

Enfin la belle couverture, d’ambiance uchronique, est signée Guillermo Romano, un artiste argentin qui travaille dans le domaine de la BD, mais aussi la 3D. Son site : http://guilleromano.com.ar/inicio.html

Je dois dire que j’ai passé de bons moments de lecture et fait quelques découvertes, notamment pour la SF sud américaine, très intéressants. De nouveau l’équipe de Galaxies et Pierre Gévart nous entraînent avec plaisir dans des contrées imaginaires dépaysantes et bien agréable à parcourir. Merci à eux…

Cyril Carau

Pour discuter de la revue ou de la critique

Facebook Plusone Twitter Pinterest Linkedin Digg Delicious Reddit Stumbleupon Tumblr Email
Publié dans Revues - Fanzines | Permalien |

À propos de Aede

Créateur d'OutreMonde, admin, auteur et illustrateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>