Djeeb l’Encourseur – Laurent Gidon

Djeeb l’Encourseur

Auteur: Laurent Gidon
Éditeur: Mnémos
240 pages
Prix : 19€
Isbn : 978-2-35408-085-3

« Après sa fuite d’Ambéliane, Djeeb Scoriolis aborde à Port Rubia, cité gouvernée par un matriarcat bienveillant. Bienveillant mais exigeant : le voilà contraint de se joindre à l’expédition chargée de récupérer une caravane d’approvisionnement qui n’est jamais arrivée jusqu’à la côte. En route, Djeeb trouvera le beau geste, le geste élégant, celui qui fait que l’aventure, comme toujours, est ce qui lui va le mieux. Encore faut-il que l’aventure ne soit pas taillée trop grand pour lui… »

Suite à un Djeeb le Chanceur plein de panache, Laurent Gidon revient avec un nouveau roman centré autour du personnage de Djeeb Scoriolis. Pouvant se lire indépendamment du précédent, on retrouve avec plaisir ce héros atypique dans ses péripéties le long de l’Arc côtier, et force est de constater que l’auteur nous a gâté!
Non content de nous faire profiter d’une écriture élégante et fluide, le récit se permet de jouer sur plusieurs tableaux qui le font gagner en profondeur à chaque page, qu’il s’agisse d’emprunter au roman d’aventure un aspect palpitant digne de J. Vance ou de lorgner vers une approche esthétique que n’aurait pas renié Oscar Wilde.
C’est ainsi de ce croisement qu’émerge la silhouette narquoise de Djeeb, aventurier, dandy considérant sa vie comme une Å“uvre d’art de chaque instant, et ce n’est pas trop de dire ici que le livre repose entièrement sur la figure du héros. Lourde tâche, pourtant cette personnalité hors du commun née sous la plume de L. Gidon s’en sort en beauté et se trouve être la grande force de Djeeb l’Encourseur, en sus d’une histoire plaisante et savoureuse contée avec brio.

Comparé au premier opus, l’enchainement des scènes se fait plus crédible, moins improbable, tandis que le caractère du personnage central se fait plus torturé, davantage conscient de ses propres contradictions. Au passage, il est à noter qu’à mesure que l’on progresse, le monde imaginé par L. Gidon se révèle plus vaste et complexe qu’il n’y parait, garni de mystères à percer dans une éventuelle suite de ce cycle.
Seule étrangeté relevée, bien que cela ne nuise en rien à la qualité du roman: alors que le caractère de Djeeb et ses agissements du tome précédent laissaient à penser qu’il provoquerait en grande partie les événements du récit, on dirait qu’il subit ces derniers plus qu’autre chose. Changement de perspective voulu de la part de l’auteur ou simple paradoxe?

Nul doute en tout cas que les amateurs de sensations fortes portées par un verbe haut sauront trouver à la lecture de Djeeb l’Encourseur de quoi se faire plaisir. Quant à ceux qui se plaignent à corps et à cris d’une littérature de l’imaginaire insipide ou engoncée dans ses stéréotypes, laissez vous tenter par l’aventure, vous y trouverez des saveurs inoubliables auxquelles vous reviendrez. C’est du rêve qu’on nous vend là, tout simplement.

Pour discuter de l’ouvrage ou de la critique

Facebook Plusone Twitter Pinterest Linkedin Digg Delicious Reddit Stumbleupon Tumblr Email
Publié dans Fantasy, Romans | Permalien |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>