Black Mamba n°15

Black Mamba n°15
Les Editions Celephaïs
68 pages
24 x 16 cm
4,5 euros
ISBN : 978-2-35477-014-3

Le Black Mamba 15 commence par Neuf dimanches à la suite de Kris Dikeman, une nouvelle qui met en scène une jeune fille, un chien, un coq et l’homme en Noir. L’ensemble m’a paru finalement un peu long et répétitif, mais j’ai bien apprécié la chute. Les dessins de Aziz Thiam sont très sympas, bien dans l’ambiance du texte.

Vient ensuite la BD Le Jardinier de B. Leduc & J. Planellas, beau graphisme, mais une histoire un peu trop tranchée et manichéenne, voire naïve sur le fond.

666 000 Dollars pour Noël de Thomas Day est une nouvelle polar complètement déjantée et au nihilisme jubilatoire. J’ai bien apprécié cette histoire de contrat ! Les dessins de Pierre Le Pivain sont intéressants, mais auraient pu être plus osés, plus déstabilisants ; il y avait matière avec le récit de frapadingues de T. Day.

On peut lire ensuite Un plan presque parfait d’Yves-Daniel Crouzet… là encore l’auteur nous régale avec une histoire de « meurtre parfait » et totalement absurde, avec une chute pas piquée des vers. Une vraie réussite. En revanche je fais le même reproche pour les illustrations de J. Corge que pour ceux de Le Pivain, un texte pareil est un caviar pour retranscrire visuellement la folie, la bêtise, la méchanceté, l’absurdité qui en ressortent ! Le résultat graphique est bien trop sage à mon goût.

Les Envahisseurs de G. Dubuis est une BD ironique, voire cynique, qui se moque des super-héros… mais je n’accroche pas du tout au graphisme brouillon de Dubuis. Dans le même médium (juste une plume en noir et blanc), mais en 1 000 fois supérieurs, je préfère les dessins et BD de Grem.

Dernière nouvelle, Le parfum de Naomi d’Olivier Pietroy, relate une histoire qui nous mène en bateau car au final on ne sait pas s’il s’agit d’une terrible machination ou du récit d’un dément. Pas mal du tout pour l’ambiance. Les dessins de Salim Kafiz sont très beaux, mystérieux et sensuels.

Enfin, dernière BD du numéro, L’Etape de F. Claverie est une nouvelle aventure du colporteur, un sympathique escroc un peu benêt qu’on a pu voir dans le numéro précédent…

Suivent pour clôturer ce quinzième numéro un dossier sur les conventions SF signé Jacques Fuentealba, puis une interview des plus intéressantes d’Yves-Daniel Crouzet qui nous parle de lui, de son art, de ses projets, de sa ville, de son premier roman Les fantômes du Panassa (voir ma critique ) et de son amour pour les littératures de genre. Enfin Laurent Girardon nous présente un portrait du Carnoplaste, éditeur de fascicules de romans-feuilletons. Les habituelles critiques et chroniques touchant l’édition, les jeux et l’audiovisuels SFFF concluent ce Black Mamba 15 qui fait passer un très agréable moment de lecture.

Vivent les pulps made in France, vivent l’Imaginaire…

Facebook Plusone Twitter Pinterest Linkedin Digg Delicious Reddit Stumbleupon Tumblr Email
Publié dans Revues - Fanzines | Permalien |

À propos de Aede

Créateur d'OutreMonde, admin, auteur et illustrateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>