Les Buveurs d’âmes – Fabrice Colin / Michael Moorcock

Les Buveurs d’âmes

 

Auteurs : Fabrice Colin / Michael Moorcock

Editeur: Fleuve Noir 2011

Prix : 19.50 €

ISBN : 9782265089129

263 pages

Illustration de Brom

 

 

Prince déchu, Elric est dévasté par la mort de Cymoril, sa bien-aimée, qu’il a tué accidentellement. C’est d ‘ailleurs la raison pour laquelle, il a juré de ne plus jamais se servir de Stormbringer, son épée maudite qui boit les âmes et lui procure sa puissance et sa vitalité. Affaibli et quasi mourant, Elric part en quête de son dernier espoir : l’Anémone Noire, une plante magique ne fleurissant qu’une fois par siècle, qui pourrait lui redonner sa force et ses pouvoirs.

Accompagné de son fidèle compagnon Tristelune, il doit gagner les ruines de Soom, une cité perdue au cÅ“ur d’une jungle inhospitalière infestée de créatures maléfiques…

Le projet de Fabrice Colin de marcher sur les traces du grand Moorcock était un pari osé. Petit rappel pour ceux qui débarquent : Le cycle d’Elric est une série qui met en scène les aventures de l’albinos Elric, dernier empereur de Melniboné, et prend place dans le Multivers, un ensemble d’univers parallèles. Elric y est l’une des incarnations du Champion éternel, comme la plupart des héros de Moorcock.

  Les Buveurs d’Âmes est située juste après Tandis que Rient les Dieux (Elric le Nécromancien) ou Le Prince Dragon rencontre Tristelune, une période ou Elric est au plus bas moralement et ou certains Melnibonnéens veulent lui faire la peau. Ça et le fait qu’il ne veuille plus utiliser son arme fétiche apporte a cette histoire une tension supplémentaire.

Le style assez sobre de Fabrice Colin se coule parfaitement dans l’ambiance mélancolique des aventures d’Elric. Après une première partie qui tient lieu d’introduction (pour les novices qui n’ont jamais croisé la route d’Elric) ou de remise en mémoire (pour les aficionados comme moi), on plonge dans la jungle dans une ambiance angoissante et on retrouve avec plaisir une aventure palpitante et mouvementée du célèbre Prince Dragon avec quelques jolis personnages secondaires. De la bonne héroic-fantasy old school. Le pari est réussi même si on peut dire que Les Buveurs d’Âmes ne constitue pas un texte majeur du héros de Moorcock, c’est une sorte de hors-série. Les vieux briscards y trouveront leur compte et les néophytes de la saga y trouveront une belle invitation à découvrir les autres aventures d’Elric de Melniboné.

Pour discuter de l’ouvrage ou de la chronique

Facebook Plusone Twitter Pinterest Linkedin Digg Delicious Reddit Stumbleupon Tumblr Email
Publié dans Chroniques, Fantasy | Permalien |

À propos de Philippe Goaz

Chroniqueur et auteur SFFF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>