Iron – Ensiferum

Rédigé par Groumphillator

Iron est le second opus professionnel de la formation Finlandaise, il marque un vĂ©ritable tournant dans l’Ă©volution du Folk-Metal. Sous-genre du metal assez rĂ©cent, le Folk-metal cherche encore des groupes pour le reprĂ©senter au mieux. Avec Iron, Ensiferum nous annonçait qu’il fallait compter sur eux. « Victory Songs« , le troisième album de la formation devrait sortir en Mars 2007.

D’entrée, la jaquette donne le ton. Nous allons voyager dans le monde du médiéval fantasy. Que ceux qui n’aiment pas le genre passent leur chemin : rien ne sera oublié. Les chœurs vikings, les guitares acoustiques, les hurlements de black festifs… Ensiferum tape dans l’archétype du Viking Metal. Mais on fonce dedans tête baissée, tant l’ambiance est jouissive et les mélodies agréable à entendre.

L’introduction (Ferrum Aeternum), genre musique de film, ne refroidira que les plus hermĂ©tiques, mais ils se laisseront très probablement conquĂ©rir en terre ennemie par le morceau qui donne son nom Ă  l’album, et son ambiance musicale : du black festif aux riffs rappelant les lĂ©gendes nordiques. Les fans de Conan, Elric ou de la Compagnie Noire trouveront leur bonheur dans les morceaux qui parsèment cette fresque Ă©pique. Sword Chant reprend les mĂŞmes ingrĂ©dients, des riffs saccadĂ©s, une batterie martelant le galop des chevaux et une voix haineuse et festive a la fois, accompagnĂ©e des chĹ“urs des guerriers. Et des airs Ă©piques, si facile Ă  assimiler que cela reste dĂ©concertant. Les chansons d’Iron parlent de guerres Ă©piques, d’aventures mĂ©diĂ©vales, de mort au combat et d’honneur. Ainsi que pour tous les autres opus du groupe, voila qui est dit.

Mourning heart marque une pause acoustique à la harpe et à grand renfort de synthé avant d’attaquer des classiques du groupe, les formidables Tales Of Revenge, Lost in Despair ou Into the Battle. Des morceaux qui se disputent l’épique, à la vitesse des riffs ou aux chants des chœurs.

Et c’est pourtant au neuvième morceau, l’avant-dernier de l’album, qu’Ensiferum tape un énorme coup avec le déjà culte « Lai Lai Hei », un morceau de pure jouissance festive. Certains pensent encore que ce morceau est le meilleur de la discographie du groupe et qu’il ne sera jamais égalé. Peu importe, les faits sont là. L’album ne vaut pas que pour ce morceau, même s’il reste probablement le meilleur de la galette. De fait, l’ultime morceau, acoustique, plus calme et chanté par Meiju passe presque inaperçu, malgré ses indéniables qualités.

http://www.universal-music.co.jp/u-pop/artist/ensiferum/images/bio.jpg

Si, grâce à cet album, le groupe s’impose comme une référence du Folk-metal aux cotés de Cruachan, Finntroll, Tuatha de Dannan ou encore Trollfest il se démarque nettement grâce à ses envolées épiques. La voix de Petri Lindroos n’est pas seulement Black festive, comme celle de Finntroll. Elle est autre. Plus agressive probablement, plus mise en avant cela est certain. Et si la production de Flemming Rasmussen apporte un plus au coté agressif du groupe, les ambiances festives ne sont pas oubliées loin de là.

Iron reste un album facilement écoutable et d’une grande qualité, tant pour son ambiance que pour les mélodies des différents morceaux. Une pierre monumentale à l’édifice en pleine construction du Folk-Metal.

 

 

Venez en discuter sur le forum !

Facebook Plusone Twitter Pinterest Linkedin Digg Delicious Reddit Stumbleupon Tumblr Email
Publié dans Musique | Permalien |

Ă€ propos de Dulkera

Webmestre d'OutreMonde. Auteure et illustratrice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>