Galaxies numéro 6/48 nouvelle série

Galaxies n°6/48, nouvelle version
Automne 2009
13,5 x 21 cm
192 pages
11 euros
ISBN : 978-2-914590-15-0
ISSN : 1270-2382

 

Le Galaxies, nouvelle série, n° 6, se compose de 7 nouvelles, d’un dossier très complet sur Jacques Barbéri et de nombreuses rubriques comme la présentation de Denis Veyras, des notes de lecture, le palmarès des prix Hugo, la présentation de l’illustrateur de la couverture, Kristophe Noël, et un petit compte-rendu de la 67eme convention mondiale de SF.

Je dirais surtout quelques mots sur les nouvelles :

Noces océanes de Julian West
Un texte de SF intimiste qui donne à voir une étrange civilisation où hommes et femmes sont séparés. Les mâles sont des humains comme nous, alors que les femmes ont des corps de sirène et vivent dans l’eau. Ils ne se rencontrent qu’à des périodes et des lieux déterminés. Cette novelle nous conte l’histoire, les amours, du jeune Stephe. À noter que le titre original est My Mariage. J’ai plutôt bien apprécié ce texte teinté de mélancolie.

Guéris-toi toi-même de Orson S. Card
Un jeune garçon est particulièrement choqué par le décès d’un de ses camarades de classe à la suite d’une vaccination. En cette période de grippe A, ça laisse rêveur ! Il ne comprend pas qu’avec le niveau technologique et biologique de leur société, il n’y ait pas « de meilleur moyen de prévenir les maladies que de nous infecter avec des pseudos-virus à demi-mort mêlés des stimulateurs d’antigènes ». Ses parents lui expliquent et surtout lui montrent, de façon assez particulière, qu’il ne peut en être autrement. Commence alors un voyage dans la grande réserve des derniers hommes de Néanderthal.

Les immortels de V. Pokrovski
Il s’agit de l’histoire d’Alexandre Tchernokholmski, un financier qui achète 100 années d’immortalité. Il pensait faire une bonne affaire (puisque grâce au traitement il était guéri du cancer qui le ronge), mais hélas pour lui, ce qui s’ensuit relève de la descente aux enfers. Une nouvelle pétrie de cette ironie absurde qu’on retrouve dans les contes de Pétersbourg de Gogol.

De l’autre côté du mur de J. Stanchfield
Une équipe d’astronautes est chargée par l’ONU de surveiller un étrange artefact, le Mur, sur Titan (une des lunes de Saturne) de toute intrusion, et notamment des chasseurs de primes et autres pillards. Cette nouvelle est surtout intéressante pour la tension qu’elle provoque chez le lecteur. Entre paradoxe temporel, déplacement de lieux et autres anomalies propres à la SF, on se laisse emporter par la plume labyrinthique de Stanchfield.

Seconde chance de Lyzambre
Mondes parallèles et nouvelles vies… Et si on avait une seconde chance, comme retrouver sa femme décédée, refaire sa vie avec elle (ou presque) ? Une nouvelle de SF assez ensorcelante pour son thème et sa chute. J’ai pris plaisir à la lire. À noter que c’est la nouvelle qui a gagné le prix infini cette année.

Devoir d’achat de André Ruellan (Kurt Steiner)
Une loi est passée en catimini et depuis les gens sont catalogués en Acheteur ou Vendeur. Consommer est devenue une obligation légale et gare à qui déroge à la loi ; un Contrôleur des Ménages pourrait débarquer chez vous ! Un petit brûlot ironique de Ruellan qui aime jouer avec les mots et les situations décalées, détourner les slogans et autres maximes philosophiques, tout en distillant avec humour un message sur notre situation actuelle. Gare à la « dictature molle » qui se profile à l’horizon !

Le génome et la mort
de J. Barbéri
Là encore on surfe avec l’ironie et une situation décalée. Une histoire d’achat, de consommation, de clone et de… je n’en dirais pas plus pour ne pas spoiler, mais cette courte nouvelle est efficace et fait froid dans le dos.

Le dossier, signé R. Comballot et A. Dartevelle, se compose d’analyses de l’œuvre de Barbéri, d’une interview, de sa bibliographie, du questionnaire de Proust et d’une nouvelle. L’ensemble fonctionne bien car il nous permet, à la fois, de découvrir l’œuvre de cet auteur, mais aussi l’homme lui-même… Ce dossier donne vraiment envie de lire les ouvrages de Barbéri, et cela tombe bien puisqu’il y a un travail important de la maison d’édition La Volte pour rééditer ses anciennes nouvelles, mais aussi ses textes récents et inédits.

Enfin la couverture signée K. Noël, bleue et marine, ouvre l’imagination sur de grands espaces (du ciel, de la mer et de l’infini.)

Dans l’ensemble un agréable et sympathique numéro 6 qui est aussi un bel objet livresque en lui-même. Je recommande sa lecture… Bravo à l’équipe de Galaxies et à Pierre Gévart.

Cyril Carau

Pour discuter de la revue ou de sa critique

Facebook Plusone Twitter Pinterest Linkedin Digg Delicious Reddit Stumbleupon Tumblr Email
Publié dans Chroniques, Revues - Fanzines | Permalien |

À propos de Aede

Créateur d'OutreMonde, admin, auteur et illustrateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>