Forum OutreMonde

Ecrire en collectif, dessiner l'Imaginaire, fantasy, SF, fantastique, webzine, revue univers, appels à textes, illustrations, écriture, écrivains

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 08-03-2017 15:09:26

Hypérion
Membre
Inscription : 08-03-2017
Messages : 1

Salutation voici mon premier chapitre d'une histoire commencée

Cette histoire se passe dans un futur alternatif,  après la guerre déclenchée par le pays qu’on appelait la France. Elle  a refusé le projet du nouveau Premier ministre Britaméricain. Après la défaite de l’Empire britannique dans le passé, il s’est réfugié dans les Amériques, son dernier territoire pour y rebâtir un empire renommé l’Impérium.
New Heaven city : la capitale économique du Secteur 17-E ‘ l’ancienne Europe de l’Ouest La région est bordé par la mer Impériale (ancien Océan atlantique) le secteur 17-E (Ancienne Europe de l’Est) et La zone morte ancienne Afrique qui est désormais complètement déserte avec juste les forages pour récolter la nouvelle énergie le sel et un minerai découvert il y a peu le compendium qui dégage une énergie pouvant s’il est écrasé et raffiné, alimenter tout un secteur. Cette capitale doit envoyer tout ce qu’elle récolte à la Grande cité de l’impérium  Paradise city. Il y a la plupart des criminels et des mercenaires là-bas.



Si vous vous demandez qui raconte l’histoire, je m’appelle Hunter Tomlinson, avocat dans la ville de New Heaven city, une ville connue pour être le repaire de tous les crackers mercenaires et crimékip   de l’impérium Britaméricain dans l’année 2070, sinon en dehors de mon métier d’avocat, je suis Hyperion un trafiquant appartenant à Dreadnova une crimékip proposant leurs services dans le trafic d’armes et de drogues ainsi que des assassinats.

Ce que vous lisez est mon cracheur d’histoires et si vous l’avez, c’est que je suis dead-end  ou que j’ai disparu et que je vous considère digne de savoir qui je suis et où je suis.
Il est 14h. Je reçois un message. Morde m’appelle. Il me parle d’un cadavre qui est accroché à la façade de son appartement, il flippe comme jamais :
«Mec, y’a une gal  dead-end, avec un trou à la place du bide  accrochée à ma fenêtre et les civiguards arrivent ! Je fais quoi ?! »
« D’abord calme toi, ensuite les condés peuvent pas t’arrêter sans preuve, enfin planque la marchandise et attends moi j’arrive dans 5-10 min ».
« La marchandise est partie chez le passeur, mais toi, Hunter tu vas faire quoi ? »
« Oublie quand même pas que je suis avocat avant d’être Hyperion… »
« Ouais c’est vrai, faut que je me prépare un peu ; est-ce que je prends une arme ou pas ? »
« Tu veux aller sur l’astéroïde ?? »
« Non, surtout pas !! »
« Alors ne le prends pas, fais les entrer, j’arrive. »
Je raccroche mon portable et me dirige vers l’appartement de Morde.
J’allume ma clope et descends mon escalier tout en décuvant de ma soirée d’hier, faut que je me calme sur le whisky et la vodka…
Bref, je continue mon chemin et m’achète une chocolatine et un capuccino.
La serveuse massacre mon nom en grattant « hanster » sur le gobelet.
Je continue ma route, je manque de  me faire renverser par une volepoche, je pense qu’elle va être déçue, j’ai pas de thunes sur moi….
J’arrive enfin devant l’appart de ce tête en moins de Morde, je me suis associé à lui car il a des capacités pour  « convaincre » la concurrence d’abandonner et de quitter notre territoire de vente. Ca y est je suis devant :
« Monsieur garde citoyenne de l’impérium ouvrez !! »
« Quoi déjà ? Euh, ouais …. J’arrive. »
Il ouvre la porte et me voit avec ma tenue d’avocat en train de lui sourire au nez.
«T’es vraiment un jocrisse, vas-y entre. »
Il commence par me servir un café en regardant mes yeux vitreux. Ma gorge sèche renvoie des relents vodka.
« Tiens ton café comme tu l’aimes… »
« Merci bro »
On s’assoit, on boit notre kawa, on parle un peu du match de hard-ball c’est un jeu avec 6 mecs des hoverboards et des des cages, le but est de marquer des points en exécutant des figures : aérials, kick flip, noseflip etc…
Et tous les coups sont permis !
« Les Hawks ont perdu contre les Vanguards tu sais »
« Je te l’avais dit qu’ils étaient badfeel  mais tu m’as pas écouté… »
« C’est bon, j’ai pas parié pour eux mais contre eux » rétorqua Morde
« j’savais que t’étais pas aussi sans-tête que ça »

On entend des voix à l’extérieur :
« Garde civiles ouvrez ! » Oh ! C’est mignon, elle doit être une débutante et elle se prend déjà pour un officier, j’ai envie de la remettre à sa place.
« Fais pas ça Hunty c’est une gamine ! »
« Mais je ne vais rien faire voyons ! » lui dis-je avec un sourire semblable à celui du joker.
« Ouvrez ou j’enfonce la porte ! » répéta la civguard .
« C’est bon j’arrive ! » Morde ouvre la porte à la jeune civguard qui est bien bombgal …. au premier regard mon cœur se met à aller plus vite. Qu’est-ce qui se passe ?
Elle rentre, une magnifique gal avec une cicatrice sur l’œil droit et une flopée de médailles sur la poitrine.
« Nous venons récupérer le corps de la victime et nous aurions quelques questions à vous poser »
« Ouais, allez y, enfin si mon avocat Tomlinson est d’accord ! »
Elle me fixe avec tant de haine et de mépris, c’est vrai qu’elle ignore c’est une juste un work de couv’ .
« Eh bien, faut toujours qu’il y ait un protège-tueurs dans les environs, saleté de charognards. » Ce genre de réplique fait tellement mal à un avocat mais elle a raison : on est payé pour protéger les voleurs et autres raclures de fond de cité, enfin si j’avais fini mes études d’avocat…
« Bonjour mademoiselle, je me présente maitre Tomlinson,  avocat de Morde Schneider » Pourquoi je rougis ? Je n’ai pas l’air crédible du tout !
« C’est surprenant que votre avocat vienne si vite, citoyen ». Elle lança alors un regard vers Morde qui se tourna vers elle et déclara :
« Mon avocat est aussi mon pote et je ne peux pas boire des coups avec mon meilleur ami,  c’est ça ? »
Bien joué le coup de la culpabilisation, elle ne doit pas être prête pour ça. Faut que je trouve un argument pour continuer.
« Ce n’est pas interdit dans ce secteur de l’impérium, habitants du secteur 17-E ‘ ».
Et oui, l’impérium s’étend sur toute la terre depuis l’élection d’un président américain mégalo nommé Conrad Kromp et l’Europe de l’Ouest qui fut l’une des premières zones conquises fut nommée secteur 17-E pour une raison inconnue pour des péons  comme nous, mais retournons à notre histoire.
« Vous venez déranger mon client chez lui et vous le suspectez d’un meurtre qu’il n’a pas pu commettre car nous étions partis fêter la victoire des Vanguards hier, dans le bar de Kab hom ». Petit alibi qui va la balader pendant un moment.
« Je vous ne crois pas, j’étais moi aussi dans le Kab’hom et je ne vous ai pas vus » dit un imbécile qui ne tient manifestement pas à sa vie et qui était dans le couloir de l’immeuble.
Le visage de la civguard s’éclaircit : «tiens, on dirait que votre alibi ne tient plus ».
Méfiant, j’ai toujours un coup d’avance sur mes adversaires.
«Cependant, je ne l’ai pas vu non plus dans le bar et pourtant je suis barman là-bas, regardez ». Je lui tends ma carte d’employé de ce bar.
La surprise se lit sur son visage, je lance un regard à Morde pour qu’il continue de mytho : « Ouais, moi aussi je travaille là-bas à mi-temps ». Ca y est, elle est au fond, elle ne sait plus comment faire devant nos fausses cartes de travail.
« Bon, j’envoie une unité de nettoyage pour enlever le cadavre ; néanmoins, ne quittez pas la ville ou le pays sans l’accord de l’imperium ».
« Nous n’avions aucunement l’intention de le faire, de toutes façons, le territoire est désertique et inhabitable. Je vois que vous connaissez bien le territoire de l’impérium. »
« En effet, je connais mieux les prisons et surtout les casernes », rétorqua-t-elle en bombant le torse. Un ancien soldat donc, mes tours et mes bluffs habituels ne vont pas passer avec elle, son regard est caché par une mèche de cheveux devant l’œil gauche, ce qui lui donne un côté stylé quand même.
« Pardonnez mon ton agressif captain, je ne devrais pas être condescendant avec vous.»
Qu’est que je raconte ? J’ai l’impression que je l’aime bien.
« J’accepte vos excuses, néanmoins je me vois obligée de prendre votre numéro » dit-elle en rougissant.
Morde se tut et regarda ses pieds.
« Vous voyez captain, rien d’incroyable, deux amis qui rigolent ensemble ni l’un ni l’autre n’a l’étoffe d’un tueur ». Je lui adresse mon plus beau sourire.
« Eh bien, en effet, je ne vois aucun de vous deux connus de nos services comme membres d’un quelconque syndicat ou de la mafia. ».
Elle semble gênée de nous avoir accusés.
« Ce n’est rien, il est tout à fait normal de suspecter l’habitant de l’appartement. »
Elle me plaît, je veux la gérer, je ne vais pas faire mon chien.
« Non, je n’aurais pas dû tirer des conclusions si hâtives, et puis c’est clair que des gens qui travaillent ne peuvent pas être mauvais… »
« Oui tout à fait ! » si elle savait que je ne suis plus étudiant depuis deux mois à cause de « mes absences répétées » ridicule !
« Bon je ne vois pas comment me faire pardonner donc prenez ! »
C’est son numéro.
« Si vous avez un problème ou si vous retrouvez quelque chose, appelez moi, on se tient au courant,» dit-elle en souriant.
Bon, ce n’était pas ce que je voulais, mais je crois que j’ai gagné, cimer Morde ! Il est archi déçu, je le vois en l’observant du coin de l’œil.
« Bon vas-y, dis moi c’est quoi ton truc ? »
Je ne vais pas lui répondre. Je vais expliquer la vraie  raison de ma venue, je récupère ma sacoche et on commence notre vrai taff.
« On a un problème les Taï-drakes refusent notre offre »
« Ce n’est pas un problème, c’est juste un contre-temps. »
Les Chinois font les balaises, mais ils n’ont plus rien qui leur permette de tenir la route dans les affaires.
Après avoir discuté jusqu’à la tombée de la nuit, on part au Kab’Hom et là, une autre gal nous dit : « les Taï-drakes vous attendent en haut. »
On se dirige vers l’étage et là je comprends que ça va être tendu. Même s’ils n’ont plus rien, ils ont quand même des flingues et des hommes et à la moindre erreur, c’est dead end.
« Bonsoir Messieurs »
« Bonsoir Taï-xin »
« Alors, c’est vous les jeunes de Dreadnova qui commencent à empiéter sur notre territoire » Il nous  regardait tous les deux de haut en bas.
« Oui c’est nous, mais nous sommes honorés de rencontrer un puissant membre des triades » je suis obligé de dire ça ? Ah oui ? Le respect des anciens, chez les Asiats c’est important.
« Je suis heureux de voir que les jeunes pensent encore aux traditions mais je sais aussi pourquoi vous êtes là ». C’est bien papy,  il est encore lucide !
« Nous ne sommes pas là pour détruire les Taï , nous sommes là pour vous proposer de rejoindre Dreadnova » dit Morde.
« Je ne vois pas les choses de cette manière » répondit le lieutenant de Xin.
« Et comment les voyez vous ? », dis-moi pourquoi tu t’y opposes crétin, y a moyen que tu sois mieux payé qu’avec le vieux ! Si seulement ils pouvaient entendre mes pensées…
« Eh bien, voyons les conditions de cette assimilation. » Bon, le vieux a pigé qu’il était fini, ça va aller un peu plus vite.
« Vous voyez vous touchez actuellement 2% de notre marché et Dread nova 65%. En considérant que vous avez une grande part dans la vente d’armes et de stupéfiants,  le trafic d’humains est votre plus faible secteur. »
Je rêve du jour où je pourrais leur dire que le trafic d’humains est une merde qui brise les foyers mais pour ça faut que j’aie de l’influence et pour ça, il me faut de la thune.
« Eh bien, en effet notre réseau de prostitutions n’est pas excellent mais qu’est-ce que Dreadnova peut nous apporter de plus ? » je ne sais pas, une vie confortable avec de l’argent qui coule à flots si t’es dans les bonnes grâces du boss ? Mais ce n’est pas trop dur d’y entrer faut être fidèle à son code d’honneur et à la loi de l’omerta.

« Eh bien je dois vous avouer que je refuse la proposition, tuez-les ! » ah ! Sage décision… De quoi ? Oh merde !
« Bon très bien, le boss avait prévu cette réaction. Au dessus de nous, il y a des centaines d’hommes armés qui ciblent tout vos hommes. Au moindre geste de la part de Morde ou de moi-même… » Faites que ça passe sinon on est foutus !
«Ne tirez pas ! Je veux voir ma fille grandir et reprendre ma famille en main ! » Oui c’est passé ! Le boss nous avait filé quatre clampins et un tireur d’élite mais c’était pas ouf quand même.
« Pour Dreadnova, la famille est importante et vous en faites désormais partis, vous pouvez désormais vivre paisiblement avec votre famille et voir grandir vos petits enfants » Morde expert en comm’ ? Ok cette journée n’est pas normale.
« Voir mes petits enfants grandir… seront-ils liés à la famille nova ? »
« Non, le patron ne choisit pas les enfants mais s’ils veulent nous rejoindre alors ils le peuvent ».
« Je suis rassuré et j’accepte avec joie et paix la proposition de la Dreadnova ».  Bah,  voilà ce n’était pas compliqué papy…
« Suivez moi, l’hélico vous attend » dit l’un des 4 hommes de main.
« Merci Taï-Xin de ne pas avoir créé de soucis et j’espère que nous nous reverrons assez tôt pour pouvoir partager nos gains,  comme si nous étions une famille. » le boss commence à déteindre sur moi avec ses histoires de famille.
On retourne en bas pour fêter notre réussite et peut-être chopper une meuf.
« Morde on va se chercher à boire ? »
«Tu me poses la question ?»
« Haha pas mal le coup du truc familial »
« Je ne sais pas ce qu’il m’a pris, j’ai juste compris ce qu’il ressentait moi qui n’ai plus de famille mis à part Dread. » T’inquiète gros, si on arrive à percer on aura la plus puissante famille  au monde, on sera les rois.
« T’as bien fait, mais pas trop d’empathie sinon tu vas te faire avoir. » dit une voix qui vient de derrière nous.
« Ripro vous faites quoi ici ? » que fait ce tocard ici ? Il est censé être en mission, je vous fais un petit tableau du bonhomme : un assassin assez silencieux en général mais qui a un « don dans son art » selon le boss. Pour moi c’est un psychopathe qui tue ses victimes et les transforme en sushi avant de les jeter à la mer.
« Je suis venu fêter votre victoire comme Connors et Selim » Selim et Connors hein, c’est nos mentors, ils nous ont tout appris que ce soit les ruses, les techniques de persuasion ou bien le fait d’avoir l’arme à feu planquée dans la doublure de la veste avec un garrot pour faire taire les gêneurs.
« Tu croyais qu’on allait rater le premier gros coup de  nos protégés ? » dit Selim.
« Evidemment que non ! Je veux savoir comment vous avez fait pour convaincre ce vieux borné qui a ses valeurs et qui s’y tient ? » Si je lui dis que c’est Morde qui a géré il va s’étouffer dans son verre…
« C’est moi qui suis arrivé à le convaincre en lui disant que nous avions aussi la notion de famille dans Dread » dit Morde.
Les deux sont sans voix pendant que le troisième joue avec son cran d’arrêt et regarde la serveuse et se moque littéralement de la discussion.
« Tu peux confirmer ? »
« Ouais je l’ai entendu et vu de mes yeux. »
La soirée continua et on buvait des verres jusqu’à la fermeture du bar, 5 h du mat quoi. Ripro retournerait dans son appart pour torturer des chatons, sûrement que Connors retournerait faire son compte-rendu au vieux, Selim rentrerait voir sa femme et ses enfants quand à Morde et moi on retournerait chacun chez soi sauf que bah je me rappelle de rien… et c’est là qu’on est arrivé à l’endroit où je vous explique l’histoire : je m’inquiétais de pas recevoir de nouvelles de mon pote depuis une semaine donc comme tout bon ami je passe à son appartement, y a les civguards, ok là j’ai un mauvais pressentiment. Je m’avance pour aller chez mon ami de manière à ne pas être suspect s’il est tombé pour quelque chose relié au business, mais quand j’arrive je trouve les civguards avec un périmètre de sécurité et Morde par terre attaché au milieu de la pièce, mort avec une croix taillé dans sa chair.
« Oh putain Morde ! Il lui est arrivé quoi ? » Je panique, je ne sais pas ce qui se passe ça ressemble à rien que je connais !
« Calmez-vous citoyen » je ne reconnais pas cette voix c’est plus la militaire !
« Oh bonjour capitaine il s’est passé quoi ici ? »
« On en sait pas plus que vous, mais j’espère que vous pourrez nous aider à éclaircir cette histoire. »  Elle me demande de coopérer pour retrouver le sombre connard qui a fait ça ?! J’accepte direct !
« Pas de problème, j’espère que vous le chopperez et qu’il paiera ! »
« Citoyen, l’impérium est là pour vous protéger et vous aider, cependant j’ai besoin d’éléments pour éclaircir cette histoire, il faisait partie d’une secte. »
« Non je ne crois pas, enfin il ne m’en a jamais parlé pourquoi ? »
« Ce que vous voyez tailler sur sa chair c’est l’emblème du culte des sombres étoiles ». J’en ai entendu parler, c’est une secte qui pense que le monde est condamné et que les naines noires leur ordonnent d’exécuter et de tailler ces emblèmes dans la chair de ceux qui commettent des crimes.
« Sa famille en faisait partie, mais elle a été massacrée quand il était petit. » C’est après cet événement, qu’on a commencé à traîner ensemble. Moi aussi je suis orphelin, mes parents étaient des membres de l’aristocratie ; ayant déplu à l’empereur, ils ont été torturés en public puis tués pour le spectacle des autres nobles. Puisqu’on vient à parler de mon passé, faut aussi que je vous dise que je n’en sais pas plus ! Hunter c’est mon prénom d’orphelin je l’ai pris à l’auteur Hunter S. Thompson qui a écrit « Fear and loathing in Las Vegas » ou dans l’ancienne langue du coin : Las vegas parano.
«  Suivez-moi, je vais prendre votre déclaration ». Je vais monter dans un véhicule de civguard sans avoir commis de délits. Si la bonne sœur de l’orphelinat me voyait, elle serait fière de moi.
« Montez à l’avant avec moi. »
« D’accord puisqu’un agent m’y autorise et vos collègues ? »
« Dites-moi, vous m’avez dit que vous étiez dans un orphelinat, c’est ça ? » Elle ignore complètement ma question je suppose qu’elle ne pouvait pas les planter là.
« Oui c’est ça »
« Donc vos parents sont morts ou ils vous ont abandonné ? »
« Sûrement oui, pourquoi ? »
« Pour rien … » ok, elle m’inquiète un peu là, pourquoi elle fouille mon passé ?
« Euh le commissariat c’était l’autre rue vous savez ? »
« On en change... »
« Il n’y en pas d’autre »
« On va à la capitale… » Pourquoi elle fait des phrases plus courtes ?
Et pourquoi elle veut aller à un endroit aussi loin ?
« Dites moi, est-ce que vous avez déjà eu une liaison avec quelqu’un de l’entourage de Morde »
« Non, il n’avait pas beaucoup d’amis. » Elle a un tatouage et c’est pas celui de l’armée elle a une étoile noire ! Faut que je me casse, sinon je vais finir comme Morde !
« On ne peut pas s’arrêter, faut que j’aille aux toilettes ? » c’est quoi cette excuse,  y a aucun moyen, qu’elle y croit !
« Non, retenez-vous on va bientôt prendre le bateau. »
« On ne va pas non plus vers le port mais plutôt vers le quartier nord »
« Silence citoyen ! » elle panique.
« Vous savez, je sais que vous n’êtes pas un civguard mais qui êtes vous êtes, du coup ? » à la fin de cette phrase elle sort une lame et crie : « Que les étoiles se repaissent des crimes ! ».
Je m’expulse de la voiture à l’arrêt et cours me planquer dans les ruelles de la ville. Vite, il faut  que j’appelle quelqu’un mais qui ? Les vieux ? Non jamais ils m’aideront… Morde est mort donc ça va être compliqué.
La captain ! Je tape son numéro très vite sur mon phone et entend l’autre chanter ses psaumes pour le repos de mon âme.
« Allo captain ? »
« Vous savez les civguards aussi ont des jours de congés… » Je l’ai réveillée je crois.
« Désolé mais y a une dingue qui essaie de me tuer en chantant des psaumes et avec une étoile sur la main ! »
« Une étoile ? Vous êtes où ? »
« Rue Stratford dans le quartier nord. »
« Continuez tout droit et au café, tournez à droite je vous attends ! »
« Ok, à tout à l’heure, si je suis vivant » je raccroche et voit Bloody mary me chercher toujours en chantant ces trucs. Elle est pile sur mon chemin, heureusement j’ai encore mon flingue et mon couteau, vous vous rappelez la doublure du manteau. Je marche tranquillement avec mon flingue braqué sur elle j’espère qu’elle tient à sa vie, la tarée.
« Maintenant dégage ou t’en prends une entre les deux yeux ! »
« L’étoile me protègera ! » ah merde ! bon je vais tirer dans le ventre.
Bang ! Elle tombe comme une pierre, j’appelle une ambulance en disant qu’il y a eu une tentative de meurtre là où je suis, je détruis mon flingue et me casse vers ma destination c’est à dire chez la civguard. Après un bon sprint, je suis complètement essoufflé mais arrivé au point de rendez-vous, je sonne.
« Hunter c’est vous ? »
« Ouais, ouvrez, je suis arrivé à la semer » je ne vais pas lui dire la vérité sinon elle va me demander mon permis pour le port d’armes et j’en ai pas.
Après avoir ouvert la porte je monte à son appart ;  je la trouve en short et débardeur en train de fumer une clope.
« Vous n’avez rien ? »
« Un point de côté et mal au dos, mais sinon ça va » elle m’invite à entrer et me prépare un café en m’expliquant que normalement aujourd’hui elle devrait le dire à un collègue mais bon elle n’était pas loin puis elle me rendait service tout ça…
« Racontez-moi ce qui s’est passé. » Elle ne quitte jamais son travail ou quoi ?
« Bah j’allais chez Morde pour passer le temps et quand je suis arrivé, vos collègues prenaient des photos de l’appart de Morde et lui était allongé au milieu en croix avec un étoile marquée dans la peau allant du torse jusqu’au bas ventre et sur toute la largeur de son torse. »
« Puis un membre de cette Eglise qui s’est fait passé pour un flic a essayé de vous enlever et de vous tuer. »
« Comment vous le savez ? »
« Parce qu’ils ont essayé de faire la même chose avec moi… » ah
« Au fait qu’elle est votre prénom captain ? »
« Je m’appelle Miléna Strazzoni »
« Et vous savez pourquoi ils vous ont enlevée ? » les rôles s’inversent c’est assez étrange comme situation.
« Non… j’ai été élevée par mon oncle, donc je ne connais pas mes parents »
« Ça nous fait un point commun » lui dis-je en rigolant.
On a continué de discuter de notre passé de nos vies, puis elle m’a invitée à manger car il était environ 20 h et que je ne me sentais pas de rentrer chez moi tout seul.

Fin du chapitre 1



Hyperion

Hors ligne

Pied de page des forums